mardi 15 octobre 2013

LA MALEDICTION (The Omen)

                                              Photo empruntée sur Google, appartenant au site ablogofhorror.com

de Richard Donner. 1976. U.S.A/Angleterre. 1h51. Avec Gregory Peck, Lee Remick, Harvey Stephens, David Warner, Billie Whitelaw, Patrick Troughton.

Sortie salles France: 17 Novembre 1976. U.S: 25 Juin 1976

Récompense: Oscar de la Meilleure musique en 1977

FILMOGRAPHIE: Richard Donner (Richard Donald Schwartzberg) est un réalisateur et producteur américain, né le 24 Avril 1930 à New-York.
1961: X-15. 1968: Sel, poivre et dynamite. 1970: l'Ange et le Démon. 1976: La Malédiction. 1978: Superman. 1980: Superman 2 (non crédité - Richard Lester). 1980: Rendez vous chez Max's. 1982: Le Jouet. 1985: Ladyhawke, la femme de la nuit. 1985: Les Goonies. 1987: l'Arme Fatale. 1988: Fantômes en Fête. 1989: l'Arme Fatale 2. 1991: Radio Flyer. 1992: l'Arme Fatale 3. 1994: Maverick. 1995: Assassins. 1996: Complots. 1998: l'Arme Fatale 4. 2002: Prisonnier du temps. 2006: 16 Blocs. 2006: Superman 2 (dvd / blu-ray).


"Il faut de la finesse. Que l'homme doué d'esprit calcule le chiffre de la Bête: c'est un chiffre d'homme: son chiffre est 666"
Livre de l'Apocalypse, Chapitre 13, verset 18.

Trois ans après le traumatisant l'Exorciste de Friedkin, et afin de surfer sur la vague mercantile du genre sataniste, Richard Donner s'inspire des versets de la Bible pour élaborer La Malédiction et ainsi gagné en authenticité. Epaulé de stars aussi renommées que Lee Remick, David Warner et surtout le vétéran Gregory Peck (absolument admirable de robustesse dans un rôle inapproprié), cette variation grand public du thème démoniaque tente de nous convaincre que l'Antéchrist va bientôt assouvir sa devise morbide sous le pivot d'un charmant bambin. Pour subtiliser son bébé mort-né et sans divulguer la fraude à son épouse, l'ambassadeur Robert Thorn décide d'adopter un nourrisson sous les recommandations d'un prêtre. Très vite, le bambin présente un comportement inquiétant alors qu'une succession d'incidents meurtriers vont nuire à l'entourage familial. 



"La marque du chef-d'oeuvre, c'est que même quand on connait la fin on a toujours plaisir à le revoir !" Classique notoire, La Malédiction ne déroge pas à la règle de l'épigraphe afin d'immortaliser un récit diabolique érigé sous le symbolisme de l'évangile. Avec un savoir-faire virtuose, Richard Donner affectionne pour son 4è long-métrage un film d'horreur ludique d'une efficacité optimale dans sa succession de scènes chocs spectaculaires subordonnées à un scénario charpenté. Outre l'aspect impressionnant des accidents meurtriers (la pendaison de la gouvernante, l'empalement du curé, l'incroyable décapitation du photographe, la chute de Mme Thorn du haut du balcon et un peu plus tard, sa défenestration de la chambre d'hôpital) et autres incidents incongrus (l'agression des babouins dans le parc zoologique, l'hystérie erratique de Damien aux abords de l'oratoire), c'est dans la dimension humaine du couple en perdition que le réalisateur s'attarde pour nous accabler en privilégiant leur impuissance d'une révélation improbable. Car ici, l'horreur se tapie sous l'aspect le plus anodin et candide d'un mioche de 5 ans ! Son nom: Damien Thorn, ou le fils du diable pour être plus affirmatif ! Cette empathie quasi désespérée que l'on éprouve pour cette gueule d'ange sournoise provoque chez le spectateur un sentiment trouble de confusion mêlé d'inquiétude grandissante face aux sombres évènements décrits. Parmi l'enquête scrupuleuse compromise entre le père indécis, davantage contrarié, et un photographe perspicace, les découvertes édifiantes qu'ils vont rassembler vont exacerber une angoisse sous-jacente toujours plus prégnante. Jusqu'au point d'orgue éprouvant terriblement dérangeant (un paternel brandissant un poignard acéré sur la tête de son bambin au sein d'une cathédrale !) où la dernière image la plus innocente (visage angélique du spectre de satan) fait figure d'anthologie de l'effroi !


En maître d'oeuvre d'une horreur contemporaine, Richard Donner insuffle sans peine suspense en crescendo, horreur cinglante et investigation archéologique en jouant avec la peur de notre inconscient collectif ! L'affres du diable et ses pouvoirs invisibles ! En prime, le charisme étrangement patibulaire alloué à ces antagonistes (les deux gouvernantes, le chien cerbère, le prêtre fanatique) ainsi que l'esthétisme de certains décors ténébreux (le cimetière étrusque aux accents gothiques, la chambre tamisée de Damien), renforce l'aura maléfique qui émane du moindre recoin ! Ajoutez à cela l'ombrageux score satanique de Jerry Goldmisth et vous obtenez un classique impérissable d'une intensité émotionnelle assez rigoureuse. 

La critique de Damien: la Malédiction 2 http://brunomatei.blogspot.fr/2013/10/damien-la-malediction-2-damien-omen-2.html
La critique de La Malédiction Finalehttp://brunomatei.blogspot.fr/2013/10/la-malediction-finale-final-conflict.html

15.10.13. 5èx
Bruno Matéï

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire