mardi 20 septembre 2011

THE THING


de John Carpenter. 1982. U.S.A. 1h49. Avec Kurt Russel, Wilford Brimley, David Clennon, Keith David, T.K Carter, Richard A. Dysart.

Sortie en salles en France le 3 Novembre 1982. U.S: 25 Juin 1982

FILMOGRAPHIE: John Howard Carpenter est un réalisateur, acteur, scénariste, monteur, compositeur et producteur de film américain né le 16 janvier 1948 à Carthage (État de New York, États-Unis).
1974 : Dark Star 1976 : Assaut 1978 : Halloween, la nuit des masques 1980 : Fog 1981 : New York 1997 1982 : The Thing 1983 : Christine 1984 : Starman 1986 : Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin 1987 : Prince des ténèbres 1988 : Invasion Los Angeles 1992 : Les Aventures d'un homme invisible 1995 : L'Antre de la folie 1995 : Le Village des damnés 1996 : Los Angeles 2013 1998 : Vampires 2001 : Ghosts of Mars 2010 : The Ward

                                       

Un an après le crépusculaire New-York 1997, John Carpenter enrôle à nouveau son acteur fétiche Kurt Russel pour élaborer un remake de La Chose d'un autre monde. Le terme "remake" est d'ailleurs un peu galvaudé puisque cette version réactualisée se révèle la plus fidèle au court récit originel de John W. Campbell (Who Goes there ?). Echec public lors de sa discrète sortie en salles en 1982, The Thing s'est taillé au fil des décennies une réputation de chef-d'oeuvre du fantastique moderne, au même titre que d'autres classiques comme Alien, Shining ou Carrie. Une oeuvre avant-gardiste (son bide commercial imbitable en sait quelque chose !) amorçant une trilogie sur l'Apocalypse, dont Prince des Ténèbres et l'Antre de la Folie en seront les futurs héritiers. Antarctique, 1982. Dans une station de recherche scientifique logée par des américains, un chien de traîneau vient y trouver refuge après avoir été pourchassé par une équipe de norvégiens. Après une rixe mortelle entre les deux équipes de chercheurs, deux des compagnons américains décident d'investir le camp adverse laissé à l'abandon. Sur place, ils découvrent un corps congelé et décident de le ramener à leur refuge pour l'autopsier. Pendant ce temps, l'animal est emprisonné dans une cage parmi la présence d'autres chiens. Rapidement, un métamorphe s'extrait du corps du canidé pour investir la chair des autres mammifères.
                                  

Sommet de terreur aussi palpable que sous-jacente, The Thing est un huis-clos implacable auquel un groupe de scientifique éreintés vont user de subterfuge et constance pour tenter de démasquer lequel d'entre eux est physiquement investi d'une chose extra-terrestre. Dès le magnifique préambule se déroulant dans de vastes dunes enneigées, l'inquiétude s'accapare de nos héros susceptibles, témoins malgré eux d'une chasse au loup perpétrée par des norvégiens. Après que nos héros se soient loyalement défendus contre des balles perdues, ils décident d'aller jeter un oeil au camp antagoniste situé à proximité de leur office. Carpenter distille au compte goutte un sentiment lattent d'inquiétude et de mystère à la vue de la découverte de divers cadavres congelés par la température climatique et dans un état inexplicablement décomposé. Le thème lancinant d'Ennio Morricone accentue à la perfection ce sentiment hostile d'une menace indicible s'infiltrant dans les corps étrangers. C'est avec la première agression de la chose extirpée du corps du chien de traîneau et retrouvée par nos protagonistes que l'affolement va s'accaparer de leur quotidien. Ce qui scotche littéralement le spectateur émane de la qualité optimale d'effets spéciaux prodiges élaborés par l'illustre Rob Bottin. Sans outre-mesure d'épater la galerie avec un quelconque prétexte grand-guignolesque, cette scène saugrenue impressionne autant qu'elle nous éprouve par son intensité émotionnelle. Si bien que les trucages mécaniques sidérant de réalisme sont filmés en temps réel ! Du jamais vu pour l'époque !



D'autres évènements vont décupler les métamorphoses incongrues endossées par "la Chose" dans une lente descente aux enfers fondée sur la psychose et le délire de persécution. Une dégénérescence psychologique est soumise à chacun de nos héros pris en otage par cette entité. Le doute, la paranoïa, la folie et la crainte de trépasser vont instinctivement s'approprier de leur moral dans leur refuge  réfrigérant ! Reste donc à savoir qui est qui ? Quel est le prochain à subir le viol de la chose, incessamment déterminée à annihiler toute présence humaine sur cette contrée polaire ! Un test sanguin prescrit pour chacun des membres de l'expédition leur est obligatoirement soumis afin de disculper ou condamner au grand jour le sujet potentiellement contaminé. Ce moment de vérité fatidique devient sous la caméra assidue de Carpenter un moment oppressant à la tension quasi insupportable ! Et les effets-spéciaux toujours plus renversants de rivaliser d'ingéniosité dans l'art de confectionner une créature hybride pour ses inlassables mutations organiques. Et cela sans jamais verser dans la gratuité, le ridicule ou la gaudriole ! La sobriété des interprètes tous remarquables d'austérité circonspecte nous mène par le bout du nez, à savoir quel est la prochaine victime apte à subir les sévices corporels de la chose toujours plus mesquine ! Kurt Russel menant la danse en leader opiniâtre sans héroïsme pédant puisque coupable d'avoir involontairement causé la mort d'un de ses acolytes. Accoutré d'une barbe et d'un parqua imperméable, notre chercheur chevronné s'alloue d'un flegme et d'une anxiété parano afin de tenter de débusquer la nouvelle victime contaminée.



NE FAITES CONFIANCE A PERSONNE !
Jeu de massacre transcendant le sentiment épidermique de la paranoïa, épreuve de survie insolente conférée à une poignée d'individus interlopes, The Thing constitue un sommet anxiogène à travers les motivations perfides de l'homme opposé à son pire ennemi: lui même !  Pour parachever, le caractère innovant des FX façonnés par Rob Bottin sont aptes à entrer dans la légende des images de cauchemar les plus improbables du 7è art.

P.S: Toute personne avide de redécouvrir ce monument se doit de posséder la magnifique édition Blu-ray sortie il y a quelques années chez Universal ! L'image immaculée s'avérant proprement fastueuse ! Une expérience viscérale qui laisse pantois et qui permet de savourer le film comme au premier visionnage !

20.09.11.    4
Bruno Matéï

                                    

6 commentaires:

  1. Oh la , il y a du lourd ce soir ..

    Je prie pour que ce soit une version Blu-ray remasterisée digne de ce monument .

    Tiens bon, de plus c'est Carpenter, cela devrait couler de source pour toi.
    ET un p'ti mot Gentil pour l'ambiance sonore....LOL

    Vive l'animatronic dans toute sa splendeur.

    RépondreSupprimer
  2. @lirandel
    Il me semble que le blu-ray existant est déjà excellent : http://www.ecranlarge.com/dvd_review-list-6286.php

    Sinon The Thing est l'exemple même (très rare) qu'un remake peut surpasser son modèle et devenir culte !

    RépondreSupprimer
  3. Tout à fait d'accord , J'avais matté l'original avec mon fils et nous avions passés certaines scènes au ralenti en étant à trois Bars de pression de rire.

    Le blu-ray existe ( époustoufflant) je le savais et je bave pour me le procurer.

    c'est par rapport à la raie bleue que j'éspère que la critique se basera.

    RépondreSupprimer
  4. S'il y a un film à retenir dans l'histoire du cinéma d'horreur, c'est bien celui-ci !!!
    Carpenter touche au nirvana...
    Des défauts je n'en vois aucun, comme dirait un certain Yoda !!!

    RépondreSupprimer
  5. Que dire de plus sinon que le remake est un chef d'oeuvre absolu et fait oublier illico l'original au demeurant correct de Christian Nyby !

    RépondreSupprimer