mardi 31 janvier 2012

LE DROIT DE TUER (The Exterminator)

                                                                     Site empruntée sur Google, appartenant au site notrecinema.com

de James Glickenhaus. 1980. 1h42. U.S.A. Avec Robert Ginty, Christopher George, Samantha Eggar, Steve James, Patrick Farrelly.

Sortie Salles U.S: 10 Septembre 1980. Interdit au moins de 18 ans lors de sa sortie internationale.

FILMOGRAPHIE: James Glickenhaus est un réalisateur, scénariste, producteur et acteur américain, né le 24 Juillet 1950 à New-york.
1975: The Astrologer. 1980: Le Droit de Tuer. 1982: Le Soldat. 1985: Le Retour du Chinois. 1988: Blue Jean Cop. 1991: Mc Bain. 1993: Le Triomphe des Innocents. 1995: Timemaster.


"A la guerre, vous tuez pour survivre... Dans les rues de New-York, c'est souvent pareil."

Gros succès en salles en France et aux Etats-Unis, carton vhs dans les rayons des vidéos-clubs, Le Droit de Tuer (ou l'exterminateur pour reprendre son terme originel) fut un véritable hit des années 80 sous la bannière d'Hollywood Vidéo ! Néanmoins, ce film d'exploitation d'une violence rare rencontra de sérieux problèmes avec la censure de l'époque. Il faut dire que l'oeuvre de James Glickenhaus va parfois très loin dans la brutalité expéditive et que son ambiance sordide renforce allègrement son caractère putassier. En l'occurrence, Le Droit de Tuer n'a rien perdu de sa force sur le sujet traité (la réinsertion insoluble des laissés-pour-compte après le trauma vietnamien) et de son dynamisme explosif parfois irrigué de violence décomplexée. John et Michael sont deux acolytes de longue date revenus au pays après avoir subi l'enfer du Vietnam. Ouvriers sous exploités par un patron véreux, ils tentent tant bien que mal de survivre dans une cité urbaine où la délinquance est en recrudescence. Pour preuve, Michael se fait agresser par une bande de voyous après avoir porter assistance à son ami molesté. Hospitalisé dans un état grave et devenu tétraplégique, John décide de le venger en traquant les responsables. Dès lors, il se lance dans une folie meurtrière qui lui vaudra le surnom de l'exterminateur par les médias. 
.

Qui pourrait oublier son incroyable prélude belliqueux (tourné en 5 jours avec 15% du budget !) localisé dans un camp vietnamien lorsque nos deux soldats américains sont retenus prisonniers ! Quand bien même son plan d'ouverture filmé en slow motion (un soldat éjecté dans le vide sous l'impulsion d'une gigantesque boule de feu) détonnait déjà par son ampleur dantesque. S'ensuit ensuite une décapitation hallucinante de réalisme (merci Stan Wiston !) perpétrée par un officier VietCong afin d'impressionner John, tributaire d'un interrogatoire forcé. Après un subterfuge audacieux, Michael réussit à se délier les mains de fil de barbelé pour s'en servir afin d'égorger son ennemi positionné devant lui. Il s'empare ensuite de sa carabine et provoque une sanglante rixe alors que John réussit également à s'interposer dans la confrontation. Les séquences d'action cinglantes savamment coordonnées impressionnent le spectateur ébranlé par le dynamisme du montage et de ses effets gores. De retour au pays, nos deux vétérans se retrouvent livrés à eux mêmes, contraints d'exercer un emploi précaire dans une boucherie industrielle. Comme au Vietnam, une nouvelle rixe aléatoire s'organise autour de John encerclé par ses ennemis dans un entrepôt, alors que Michael va une fois de plus lui porter secours. Dépités, les délinquants racistes décident une bonne fois pour toute de donner une sévère correction au redresseur de tort en lui mutilant les cotes dorsales à l'aide d'une fourche. Réduit à l'état de légume dans un centre hospitalier, Michael semble condamner à subir un handicap majeur. John décide alors de renouer avec les armes pour aller traquer un à un les tortionnaires responsables de l'agression de son frère d'arme.


A la manière du célèbre Justicier dans la ville (en forçant la donne d'une violence jusqu'au-boutiste), le Droit de tuer est un vigilante movie bien ancré dans son époque anarchiste des années 80. En militant pour l'auto-défense, la besogne meurtrière de John Eastland se solde d'une illustration amère sur les laissés-pour-compte de l'après Vietnam. Quand les soldats américains revenus au bercail n'avaient aucune considération pour leur bravoure auprès d'un gouvernement orgueilleux érigé sous l'ère Reagan. En pourfendeur intransigeant, James glickenhaus n'y va pas avec le dos de la cuillère pour décrire une Amérique hostile en pleine agonie où la corruption règne en maître. S'y succède dans cette jungle urbaine en ébullition une délinquance raciste et droguée, une prostitution juvénile et l'exploitation de mineurs soumis à une clientèle pédophile, une politique totalitaire contrainte d'enrôler des agents de la CIA pour supprimer notre exterminateur, un sénateur pervers et homosexuel et enfin un patron mafieux responsable d'une boucherie industrielle. Ce climat d'insécurité prégnant provoque souvent chez le spectateur le malaise diffus et exacerbe son aura réaliste par la maladresse de dialogues concis et de certains personnages sans éclat. Mais la dimension humaine de nos protagonistes issus de classe ouvrière et exploités par une société cupide renforce le côté désenchanté d'une époque sans repère. L'interprétation de seconde zone (Christopher George, Samantha Eggar, Steve James) ajoute une saveur autonome à l'entreprise subversive et offre par la même occasion un rôle révélateur pour la prestance charismatique du regretté Robert Ginty. Hormis le peu d'expressivité qu'il s'alloue lors de ses exactions sordides, c'est justement sa physionomie lambda qui insuffle autant l'empathie que l'inquiétude dans le reflet de ses états d'âme sans remord.


L'Amérique Interdite
Mis en scène avec efficacité et non dénué d'un certain savoir-faire dans le sens du cadrage et des séquences d'action, le Droit de tuer reste un fleuron d'ultra violence dont certaines scènes incongrues secouent les esprits (prostituée torturée au fer a souder, mafieux broyé dans un hachoir a viande, mutilation au tisonnier, pédophile brûlé vif et surtout une décapitation inégalée à la machette !). A la lisière d'un Taxi Driver sous acétone, ce brûlot implacable dépeint sans compromis une Amérique malade de sa violence auquel certains vétérans discrédités auront décidé de reprendre les armes par dépit ou désespoir. Hormis son montage elliptique émanant d'une réal perfectible et sa psychologie superficielle, ce vigilante movie insuffle une vigueur effrontée pour dresser un tableau impitoyablement pessimiste sur la marginalité urbaine en pleine crise du chômage (1980-1982). 
A ne pas mettre entre toutes les mains.

Pour info: à noter également un caméo de Stan getz, un des meilleurs saxophonistes de l'histoire du jazz dans son propre rôle ! Il a également participé à l'écriture de la bande originale aux côtés de Joe Renzetti.

Anecdote personnelle de Daniel Aprin: "ce film était à l'époque toujours réservé dans mon vidéo-club du coin. Tout comme moi, certains l'ont vu et revu indéfiniment ! Il fallait se battre pour arriver enfin à se le procurer ! De la folie de cinéphile insatiable !"
Bruno Matéï: "En précisant également aussi que j'ai vécu le même contexte !"

Note subsidiaire: Une suite nanardesque a été réalisé en 1984 par Mark Buntzman sous le titre Exterminateur 2 avec Robert Ginty et l'insupportable Mario Van Peebles dans celui du leader punk. Une suite risible digne d'une bisserie ritale post-apocalypse où le rire se dispute à la consternation. Ce qui est loin de me déplaire !

Dédicace à Daniel Aprin et Pierre Jean Gabriel Bertrand
31.01.12
Bruno Dussart


5 commentaires:

  1. salut bruno,
    revu hier en dvd (un dvd avec la qualité d'une vhs ! sauf pour le son, moins percutant que dans mes souvenirs, dommage pour la BO)
    Un de mes premiers films de vidéoclub (le deuxième que j'ai loué, enfin mon père, moi j'étais trop jeune)
    Le film m'a plu par nostalgie essentiellement parce que pour le reste, il est très Bis quand même ! Robert Ginty n'est pas toujours au mieux de sa forme (qui a dit comme souvent ?) la scène du Vietman est un peu longue...enfin je vais pas dresser la liste de tous les défauts de ce film parce que comme tout ce qui est cinéma Bis, il reste agréable à revoir et à savourer sans complexe même si par moments je trouve qu'on frise le nanar. Loin de l'aspect premier degré, ultraviolent et malsain que j'en avais gardé.
    Sinon pour finir, la jaquette VHS est une de mes préférée de l'époque, simple et efficace.
    A plus Bruno

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Laurent, je comprends ton opinion qui est toute à fait justifiable. Perso j'ai une grande affection d'ordre nostalgique avant tout pour ce film d'exploitation. A privilégier tout de même en VOSTF, c'est beaucoup plus convaincant.
    A plus tard Laurent ^^

    RépondreSupprimer
  3. moi je suis tomber sur 2 dvd de ce film le 1er dvd avait l'image d'une vhs image bof
    et j'ai trouvé un autre dvd du film et l'image été remasterisé
    voila le visuel du dvd remasterisé qu'il faut prendre :
    http://nsa33.casimages.com/img/2015/03/11/150311110246512052.jpg

    RépondreSupprimer
  4. Le film est dispo en Blu-ray Franck, outre-atlantique et sur le net !

    RépondreSupprimer
  5. Je possède également le Dvd de la jaquette que tu as inscrit. Il était sorti chez les marchands de journaux.

    RépondreSupprimer